La maîtrise de nos pensées


S'observer, s'avouer avec honnêteté ses propres comportements, voir ses propres pensées : c'est ce qui est nécessaire pour ne plus subir ses propres schémas internes. Il est évident que le monde se portera beaucoup mieux si chacun se rend responsable de ce qu'il émet, et engendre au niveau personnel, puisque tout se reporte ensuite à un plus grand niveau (disons l'humanité).

La rigidité mentale peut être très embêtante, car si je ne suis pas conscient de mes pensées, je subis tous mes schémas internes. Cela signifie que chaque pensée renvoie à un souvenir, à une autre pensée, et ca peut tourner longtemps... En image :

intention pensées pensée conscience conscient
Le cas 1 est simple : je suis le courant de mes idées, je suis concentré, et mon intention est gardée pure. Dans le cas 2, je divague; je ne fais pas attention à certains doutes, certaines peurs, et à mes pensées qui m'enmènent loin de mon objectif.
En suivant, le courant naturel de mon envie, je suis en joie. Alors qu'une simple peur me renvoie à un état émotionnel moins agréable : ce qui me fait suivre des liens inconscients vers d'autres pensées associées à des émotions similaires. Résultats : je perds le fil de ce que je souhaitais, et je me retrouve à penser à des choses complètement différentes, et de plus, pas forcément très cool.

Pour ma part, devenir maître de mes pensées n'est pas une option. Cela ne signifie pas contrôler, car le contrôle est toujours mental (lié à l'égo). C'est une illusion : comme si une marionnette croyait tirer ses propres ficelles. Je ne dis pas que nous sommes une marionnette, mais nous le sommes si justement nous subissons, avec inconscience, nos schémas mentaux. Devenir maître de ses pensées est tout autre. Cela signifie être si conscient, que les pensées émisent suivent uniquement le "courant naturel" (de l'être). Ce n'est pas pour demain, mais en tout cas, si l'on arrive de plus en plus à percevoir les pensées issues de la peur, alors on peut facilement revenir au courant naturel, et ainsi débloquer, par la conscience, les verrous internes.